Contrat D/s

Je suis un peu tatillon et méthodique (ce qui n’est pas toujours très romantique), mais j’aime bien que tout soit carré, et je n’aime pas trop partir à l’aventure, sans avoir borné les choses. Je ne veux pas faire d’erreur qui blesserait ma soumise ou qui la mettrait dans une facheuse posture. Donc acte.

Ci-dessous, un exemple de contrat ludique (j’insiste bien sur cet adjectif). Il vaut ce qu’il vaut, vous pouvez vous en inspirer librement. Ce contrat est pour nous un élément du jeu, comme l’est la règle du Cluédo, du Monopoly ou du 1000 bornes. Elle (la règle) sert de trame, mais elle n’est pas absolue, chacun adaptant à sa sauce en fonction du contexte.

  Contrat orienté DS

  1. Le jeu met en scène une dominée et un dominant. Le dominant sera le Maître et l’ordonnateur, la dominée sera la soumise et l’esclave, dans ce jeu d’obéissance et de domination.
  2. Le jeu se met en place quand l’une des deux parties prononce l’expression XYZ, prononcée hors contexte et que l’autre partie est d’accord. La soumise indiquera le degré de force de la domination sur une échelle de 0 à 10, dix étant l’intensité maximum, zéro le refus. Elle peut aussi l’indiquer par des mots usuels.
  3. A tout moment, le jeu en cours peut être interrompu par le mot XYZ. En cas de bâillon, un signe sera impérativement convenu avant. Sinon, dans tous les autres cas, les diverses paroles prononcées feront partie du jeu. Par le même mot XYZ suivi soit d’un nombre entre 0 et 10, ou soit d’indications de modification d’intensité (plus fort, moins fort, beaucoup plus fort…), ou par des mots usuels, la soumise modifie les paramètres et les modalités de sa domination.
  4. Le jeu sera à usage exclusif entre la dominée et le dominant. S’il doit y avoir d’autres protagonistes, alors les deux parties devront se mettre impérativement d’accord sur les modalités.
  5. La dominée accepte son sort, à condition que ça n’attente pas à son intégrité physique et morale. De son côté, le dominant s’engage à respecter scrupuleusement sa soumise qui promet de l’honorer en retour.
  6. La durée du jeu sera convenue au tout début, à moins que la dominée ne s’en remette pour cela de façon explicite au dominant.
  7. En cas de tirage au sort des actions et gages, la dominée pourra retirer les dés, mais devra impérativement choisir entre le nouveau tirage et l’ancien. Néanmoins, tant que les tirages restent identiques, la dominée peut relancer les dés. Si le moyen aléatoire n’est pas un dé ou plusieurs, la même logique s’applique néanmoins.
  8. Un gage tiré au sort devra être effectué. Si la soumise refuse, elle sera alors punie par le dominant. La ou les punitions devront être convenues en commun avant le tirage au sort.
  9. L’utilisation de lingerie et de vêtement fera partie intégrante du jeu, même si la dominée estime qu’elle n’est pas à son avantage. De toute façon, le dominant ordonne, la dominée exécute sans rechigner. Elle peut néanmoins proposer diverses choses ou aménagements.
  10. Idem pour l’utilisation d’accessoires divers, des plus classiques aux plus incongrus, issus de l’imagination du dominant ou/et de la dominée. La seule limite étant l’accomplissement du jeu dans les meilleures conditions.
  11. Bien que ce soit le rôle du dominant, la soumise peut sans problème proposer des idées, des gages pour le jeu.
  12. Parfois, pour bien marquer la relation maître/esclave, des comportements outranciers pourront être de mise, cela ira du vocabulaire aux gestes. C’est ainsi que la dominée pourra être insultée, contrainte, fessée, liée, ou subir diverses dépréciations non douloureuses ou marquantes.
  13. La dominée acceptera, dans certains cas, d’être rudoyée, invectivée, ou maltraitée (dans les limites du raisonnable, bien sûr).
  14. La dominée pourra être exhibée, avec son accord, visage obligatoirement caché, sur Internet (ou ailleurs), dans les différentes postures du jeu.
  15. La dominée pourra être vêtue de façon sexy ou SM, sous un manteau ou un gilet, lorsqu’elle sera de sortie avec son dominant.
  16. La dominée jouera parfois les chiennes à quatre pattes, collier & chaîne et traitements adéquats. La dominée se comportera de temps à autre comme un animal de compagnie avec son dominant.
  17. La dominée pourra être marquée sur le corps, avec des feutres, des marqueurs ou de la peinture, tous délébiles. Le motif dessiné pourra être conservé après le jeu.
  18. D’elle-même, la dominée réclamera épisodiquement sa soumission au dominant.
  19. La dominée demandera parfois d’être punie pour faute, la punition proposée par le dominant devra être validée de plein gré par la soumise. Sauf si la soumise propose sa propre punition.
  20. L’utilisation de cyprine ou de sperme sera usuelle à la dominée, sur le corps, les lèvres ou la bouche ou autrement.
  21. Même remarque concernant la salive.
  22. Il pourra être exigé de la soumise qu’elle pisse ou crotte dans certaines circonstances, comme dans une baignoire, un pot ou même par terre.
  23. Certains jeux urologiques et/ou scatologiques pourront être de mise de temps à autre.
  24. Tout manquement ou débordement entraînera l’arrêt immédiat du jeu si l’une des deux parties l’exige (cf article 3).
  25. Chacune des deux parties pourra, par la suite et à sa guise, modifier les termes du présent contrat, en concertation avec l’autre partie.

Signature de la soumise et date :

Signature du dominant et date :



6 commentaires

  1. lacetmontagne 26 octobre

    On pourrait faire un contrat simplifié pour débutant. Qu’en pensez-vous?

    Répondre

  2. Transformateur 2 mai

    Très, très soft le contrat… est ce vraiment utile d’en faire un pour ne rien imposer en fait… ce sont des jeux libertins … rien de plus !

    Répondre

  3. snovejos 12 juillet

    Bonjour…
    Un contrat D/s n’a pas comme définition d’être « hard ».Le contrat liant Enkidu à shamat est un contrat D/s…qu’il soit soft ou pas n’en modifie pas son sens premier.
    C’est un contrat moral écrit et définit par les deux protagonistes: le Dominant & sa soumise.Son principe met en jeux des pratiques Bdsm.
    A savoir la Discipline…le Bondage…la Domination…la soumission & le sado-masochisme.
    Le libertinage…lui..ne met aucunement en scène une de ces pratiques.Certains ont la fâcheuse tendance a penser que Bdsm & D/s sont par définition « Hard »,ou sont dans une course éperdue: « toujours plus loin, toujours plus fort ». Comme quoi certain, devrait s’abstenir…d’ouvrir la bouche.(« ce sont des jeux libertins »).
    Cordialement, M.s

    Répondre

    • Transformateur 3 février

      Un contrat qui n’oblige à … rien , n’est pas un contrat.
      Shamat peut faire si elle veut ou si elle veut pas, elle fait pas… pourquoi écrire un contrat qui ne lie en rien la soumise au maitre…
      pour jouer, je ne fais pas de contrat, je joue puisque je suis libre d’arreter ou pas à tout moment sans aucune contrainte.

      Répondre

      • Enkidu 3 février

        Bonjour Transformateur

        En début de texte, il est écrit : voici un exemple de contrat…
        Ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit de notre contrat. D’ailleurs, il n’est pas signé en bas…

        Cordialement, Enkidu

        Répondre

  4. sylvia et bernard 20 août

    nous devosn venir tout a l heure vous rendre visite mais on a pas l’adresse pouvez vous nous l’envoyer merci

    Répondre

Laisser un commentaire

amatriceexib |
hentaicity |
baisexlove |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | soumise au cap
| lovatelephonerose
| Stars Sexy & Nues